La sorcière

2021, texte créé pour le manuel de travail social « Derrière la porte, la souffrance », en cours de réalisation Thème : la porte des agressions sexuelles


Debout devant la fenêtre, la femme regarde le petit garçon qui joue sur la place. Elle voit cette petite boule de vie. La chair de sa chair, comme on dit. Elle sait qu’elle devrait l’aimer, car une mère aime son enfant, c’est ainsi. Et d’une certaine façon, elle l’aime. La plupart du temps, elle ne veut que son bien. Elle le défend. Prépare ses repas. Recoud son doudou. Confectionne des gâteaux.

Elle fait tout ce qu’elle peut.

Mais au fond, tout au fond de son cœur cabossé, la femme a des abysses de haine qui, parfois, l’engloutissent. Quand elle repense à l’homme qui lui a imposé cet enfant. A ses mains dures et méchantes sur elle. Au rire cruel qui accompagnait ce qui aurait dû être intime, mais n’était que déchirure.

Quand elle plonge dans ces souvenirs, la femme se perd, se cache, se terre au plus profond d’elle-même. Et c’est une autre qui prend sa place.

Une sorcière. Une méchante sorcière, qui voudrait punir le petit garçon pour sa naissance. Punir la femme pour sa faiblesse. Punir l’homme pour sa cruauté. Punir le monde entier!

Et chaque jour, la sorcière devient plus forte. La femme le sent. Elle ne sait pas combien de temps elle pourra lui résister. Souvent, elle a peur pour le petit garçon.

Textes
Follow Us
  • Facebook Classic
  • Twitter Classic
  • Google Classic